L'index complet par rues & par arrondissements :

  • Cliquez ICI !!!


  • À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • samedi, avril 16, 2011

    RUE SAINT VINCENT

    Toujours à la suite du fameux mardi 12/04 !
    Sauf que cette fois-ci, me voici enfin rendu à une rue digne de mon prénom, sans même parler de celui de mon grand-père maternel, Victor, dont le sens est exactement le même ("Vincere" ou "Victore" étant deux verbes Latins signifiant "la victoire", lol) ! Sans même parler du fait qu'au très exact croisement avec la fameuse rue du Mont Cenis dont j'ai très récemment parlé, l'on découvre d'un seul coup cette plaque très commémorative :

    Alors bon, vu d'un certain côté, Hector Berlioz (1803-1869) n'est certes pas l'un de mes compositeurs préférés... N'empêche que né à cette date, ce fut quasiment le tout premier compositeur "romantique" du monde entier (sept années avant Chopin ou Schumann), ce qui est d'autant plus respectable qu'en France, nous fûmes le seul pays d'Europe à déclencher une aussi hallucinante "révolution", avec près de 20000 personnes guillotinées, et du même coup, pratiquement aucune transition durant près de cent ans entre la musique "baroque" (dont l'un des derniers représentants fut Jean-Philippe Rameau), et ce très célèbre compositeur "romantique" ! Quoi qu'il en soit, cette rue plutôt très courte est absolument magnifique, et vu que située face Nord, quasiment fréquentée par aucun touriste (trop cool !) :

    Ce qui m'a beaucoup plu, lors de ce fameux mardi... Et en plus, d'avoir d'un seul coup l'impression de me trouver en pleine campagne, ce qui est vraiment génial, n'est-ce pas ?

    Des maisons gavées de vignes du sol au plafond, certes, mais il n'y a pas que cela... L'ultime vignoble subsistant à Paris (alors qu'il y en eut autrefois des tonnes dans le XVIème) est justement celui-ci, fabriquant et vendant chaque année de très mauvais (et très chers) vins blancs, mais toujours admirable à voir :

    Autre endroit très respectable : bien évidemment le très célèbre cabaret Au Lapin Agile, que certainement Erik Satie devait énormément fréquenter, vu qu'il était d'une part très alcoolique, et que sa maison se trouvait en prime à deux doigts (je vais très vite en parler) :


    Magnifique, n'est-ce pas ? L'on a beau être à Paris, tout juste si l'on ne se trouve pas d'un seul coup en vacances, lol !

    Bon, petite descente de "ma" très fameuse rue Saint Vincent, qu'évidemment j'adore :

    Et bien sûr, obligatoire remontée, de nouveau jusqu'à l'appartement d'Hector Berlioz, mais cette fois-ci en croisant l'espèce de petite locomotive des touristes particulièrement "fainéants" :

    Avec, au passage, ce magnifique "tag" que la responsable de Paris sur les Murs va sûrement adorer, n'est-ce pas ? Une ultra belle fille, avec de très beaux cheveux, un joli visage, une superbe veste, et un Jean parfait (j'adore ça, de mon côté... Très étrange que l'auteur n'ait même pas daigné signer) :

    Alors voilà, ultime vue au sommet absolu de la rue du Mont Cenis, peut-être donnant un petit aperçu sur Saint Denis (je n'en suis absolument pas sûr, mais bon, Sheily qui habite là-bas va très sûrement me donner la bonne solution) :

    Et pour finir, juste avant de me rendre jusqu'à la très connue place du Tertre, je me suis également tapé toute la rue Cortot (pensant bêtement que ce nom faisait allusion au célèbre pianiste Français, mais non !)

    En fait, je cherchais "pour de vrai" la maison de l'un de mes compositeurs favoris d'autrefois, Erik Satie, au sujet duquel j'ai d'ailleurs publié mon tout premier livre, et dont j'ai finalement réussi à trouver la maison (enfin bon, je dis "maison", là, mais en réalité, Erik Satie était tellement "fauché" qu'il logeait dans une minuscule pièce de 6 m2, pour finir par déménager peu de temps après dans la banlieue d'Arcueil-Cachan, village à l'époque tellement pauvre et industriel que ceci devait être encore très abordable pour lui) !

    Géantissime, n'est-ce pas ? D'autant que ce grand amateur de vin se trouvait à deux doigts du château d'eau (qu'il ne devait pas utiliser très souvent, lol !) :
    Et attention : cette fameuse randonnée de trois heures du fameux mardi 12/04 n'est absolument pas terminée... Adoncques, attendez-vous à trois nouveaux articles à venir très prochainement !

    Libellés : , , , , , , , ,

    11 commentaires:

    Blogger Tilia a dit...

    J'adore Harold en Italie, plus particulièrement ce mouvement.

    En chanson, La rue St Vincent n'est pas spécialement gaie, mais c'est une bonne occasion de se perfectionner en langue verte.
    Pour la traduction, on peut consulter le dico d'argot.

    samedi, 16 avril, 2011  
    Anonymous sheily a dit...

    Mon coin préféré de Paris... Ou plutôt, un des mes coins préférés!

    samedi, 16 avril, 2011  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    Tilia@ : Merci de toutes ces infos... J'aime assez Harold en Italie (d'autant que j'adore les montagnes d'Italie), mais je préfère encore d'avantage la très célèbre Symphonie Fantastique, qu'il a écrite très jeune, et qui l'a rendu célèbre du jour au lendemain !
    Sheily@ : Tu as bien raison... Je n'y avais pas foutu les pieds depuis près de dix ans, mais là, je crois que j'y retournerai bien volontiers (car bien sûr, il reste encore énormément de rues dont je n'ai pas parlé) !

    dimanche, 17 avril, 2011  
    Anonymous Al Capitaine a dit...

    Tes photos et ta vision de ce quartier me font rêver ! Super article !

    dimanche, 17 avril, 2011  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    Al Capitaine@ : Certes, mais pas super dur à faire... Vu que super quartier, et en prime super beau temps, ce jour-ci !

    dimanche, 17 avril, 2011  
    Anonymous Anonyme a dit...

    souvenirs souvenirs
    j'y retournerais c'est sur
    bravo
    la vachette

    lundi, 18 avril, 2011  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    Gilles@ : Merci de ta grande appréciation... Mais c'est vrai que dans notre ville, Montmartre est quasiment la plus haute "montagne", si l'on peut dire ironiquement (130,53m exactement), lol !

    lundi, 18 avril, 2011  
    Blogger startine a dit...

    Très belle balade !

    Comme toi, je préfère la face Nord où très peu de touristes s'aventurent.

    Du coup elle a un coté campagnard. Beaucoup de charme, c'est un de mes coins préférés dans Paris parce qu'on est en hauteur et que comme toi, j'aime dominer le paysage… et la situation ;-)

    En bon alpiniste, certes les 130 m de dénivelé sont pour toi une galéjade... Malgré tout, se taper les escaliers n'est pas de tout repos.


    A + pour d'autres explorations...

    mardi, 19 avril, 2011  
    Anonymous zoun a dit...

    Encore une fois superbes les photos!On à l'impression de revenir dans le Paris d'antan..
    Satie faisait donc partie de ces nombreux artistes fauchés et talentueux..

    mardi, 19 avril, 2011  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    Startine@ : Moi aussi, j'aime beaucoup la face Nord, et bien sûr l'altitude... Ceci dit (tu le verras très bientôt), je suis descendu face Sud-Ouest, tout d'abord rue Norvins, puis avenue Junot, et comme tu le sais sans doute, il y avait ici aussi extrêmement peu de monde !

    mardi, 19 avril, 2011  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    Zoun@ : Et oui, comme tu le dis, il y eut malheureusement énormément de compositeurs très pauvres, non seulement Berlioz et Satie, mais dans la foulée Beethoven, Schubert, Bartok, etc, etc... Avec, en guise de compensation, juste deux autres tout aussi doués, mais dont les parents (banquiers) étaient tellement riches qu'ils n'eurent jamais besoin de travailler de toute leur vie : Felix Mendelssohn et Ernest Chausson !

    mardi, 19 avril, 2011  

    Enregistrer un commentaire

    Abonnement Publier les commentaires [Atom]

    Liens vers cet article:

    Créer un lien

    << Accueil