L'index complet par rues & par arrondissements :

  • Cliquez ICI !!!


  • À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • vendredi, juin 01, 2007

    LYCÉE CLAUDE BERNARD

    Pour celles ou ceux qui n'auraient pas tout suivi dès le début (oui, je sais, je publie trop et trop vite, dsl !), ce Post est essentiellement consacré à ma version "touristique" des avantages de notre récent déménagement professionnel. Pendant que 60% des profs et des parents d'élèves passent leur temps à râler et à ruminer, moi, je m'éclate (comme le disait Eastwood dans Le Maître de Guerre : "On s'adapte, on improvise, on maîtrise !"), je m'efforce de suivre ce génial précepte à 200%, et je me balade avec mon petit numérique juste histoire de donner quelque chose à manger à mon Blog, et donc à vous, fidèles lectrices (les mecs ne savent pas bloguer, à part moi, dont acte, lol !).
    Première arrivée au lieu "alternatif" du conservatoire "hors les murs", le lycée Claude Bernard :

    À l'intention des amateurs de Jurassik Park, je précise tout de même qu'il ne s'agit nullement d'un stégosaure géant (brrr... j'ai eu peur, la première fois), mais d'une chose peut-être encore plus dangereuse, étant donné la masse de stupidité, d'alcool et de violence que cet endroit peut cumuler certains soirs : le parc des princes (sans majuscule, car ça se mérite, ça aussi !).

    Petite photo dont je suis assez (très, en réalité) content :

    Dernier petit coup d'oeil à la facade, avec sans doute la devise la plus mensongère jamais conçue par un régime gouvernemental (au moins, les latins disaient Dura Lex, sed Lex, bon, c'était pas super cool, mais ça avait au moins le mérite d'être réaliste, XD !) :

    Et puis il faut bien se décider (enfin !) à prendre possession des lieux, et par la grande porte, s'il vous plaît (avec cette belle devise, la seule chose qui mérite vraiment d'être défendue en ce bas monde, et qu'hélas de plus en plus de gens ignorent) :

    Petite vue sur la gigantissime cour (le bâtiment couvre à lui tout seul un énorme pâté de maisons), où il est désormais interdit de fumer sous peine d'une amende de 68€ (quelle bande de tarés, tout de même, en plein air, on croit rêver, là... Le fascisme est malheureusement toujours plus près qu'on ne le croit !) :

    Et maintenant, le "Blog dans le Blog" : l'intégrale des fresques de Maurice Denis (1870-1943) qui ornent le hall d'entrée, avec quatre petits encarts consacrés aux neuf muses de la mythologie grecque :

    Ainsi que trois plus larges panneaux successivement intitulés "la culture française classique", "la philosophie", "chimie, physique, biologie" :

    Bon, d'accord, c'est pas du Vermeer ou du Velasquez, mais enfin c'est tout de même beaucoup mieux que ce qu'on avait dans notre habituel conservatoire, non ? Comme le disait déjà Himmler en visitant Auschwitz sous la pluie : "Ne boudons pas notre plaisir !" (je précise que je cite directement Mr Desproges, histoire de ne pas être accusé d'avoir un Blog antisémite). Bon, c'est sûr, ça a un petit côté désuet, comme la plupart des symbolistes, Puvis de Chavannes (fresques au Panthéon), etc... mais en même temps une sorte de charme suranné qui n'est pas désagréable non plus.

    Moins agréable : les coursives à n'en plus finir de ce bâtiment qui doit faire plusieurs dizaine de milliers de mètres carrés, d'autant plus flippantes qu'elles sont presque toujours désertes le mercredi. Là, il ne manque plus que les matons, le clan des Jamaïquains et les toxicos, et on a la totale, XD :

    Parfois, on a donc bien besoin de décompresser avec une chtite clope au soleil (de "ouf", en ce moment à Paris, plus de 18° !!!) :

    Voire même de se défouler avec la thérapie du "cri primal", absolument indispensable après plusieurs heures de "concertos techniques" pour violon. Pour mémoire, ces oeuvres - personnellement, je préfère le terme de "sous-merdes", mais bon, ça se discute - consistent en des espèces de "pensums" absolument fastidieux et dépourvus d'art sous quelque forme que ce soit, dus à des compositeurs que plus personne ne connaît heureusement aujourd'hui (Rhode, Rieding, etc...), plus personne SAUF les professeurs de violon, hélas, qui ont environ cinquante ans de retard sur ceux de violoncelle (encore un chouilla de Romberg, mais si peu...) et 300 ans de retard sur ceux de piano, qui attaquent dès la seconde année avec des compositeurs dignes de ce nom, même s'il y a parfois encore un peu de Kühn ou de Czerny qui traîne (mais bon, marginalement, on va dire) !

    Libellés : , ,

    2 commentaires:

    Anonymous Anonyme a dit...

    Une très jolie visite. Merci pour la mémoire de Gumard, entre autres.

    samedi, 03 juillet, 2010  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    Hum, assez curieux, ce "comment"... Car je n'ai pas du tout parlé de Guimard dans cet article, lol !
    Mais bon, trois ans plus tard, cela fait tout de même toujours plaisir...

    samedi, 03 juillet, 2010  

    Enregistrer un commentaire

    Abonnement Publier les commentaires [Atom]

    Liens vers cet article:

    Créer un lien

    << Accueil