L'index complet par rues & par arrondissements :

  • Cliquez ICI !!!


  • À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • vendredi, avril 24, 2009

    SQUARE DES BATIGNOLLES

    Allez, today, on s'oxygène !
    Très peu d'efforts à faire, en tout cas de ma part (c'est à 100 m de chez moi, lol !)... Il suffit juste de passer la gare de Pont Cardinet (mieux décrite ici) pour se rendre, comme on le disait autrefois, dans le "mauvais" XVIIème, celui situé au nord de la voie ferrée, distinction qui - vu le prix actuel des appartements - n'a bien sûr plus guère cours aujourd'hui :

    Et d'un seul coup d'un seul, c'est la campagne, avec ce charmant et très romantique square "à l'anglaise" des Batignolles (mot qui viendrait soit du latin Batillus, "moulin", soit de l'occitan Bastidiole, "petite bastide", deux types d'édifices abondants dans le quartier à cette époque), achevé en 1862 à la demande de Napoléon III par le baron Haussmann et l'ingénieur Jean-Charles Alphand (1817-1891) - au passage concepteur de presque tous les parcs parisiens, et ceci du bois de Boulogne au bois de Vincennes en passant par celui des Buttes-Chaumont (respect, quoi !) :

    Certes, les adultes se régaleront d'une telle promenade, mais il y en a aussi pour tous les goûts (et je peux vous assurer que même à l'époque de la Nintendo et de Disneyland, ce joli manège ne semble pas parti pour faire faillite !) :

    Ceci dit, pour des gamins de mon genre (traduction : toujours perdus dans leurs rêveries, et sans le moindre sens des réalités pratiques, lol !), je crois bien qu'une fois de plus, Rodolphe Trouillard a parfaitement bien su résumer le concept : "Cet espace vert est le coeur du quartier (...), où des générations d'enfants ont fait leurs premiers pas, une terre d'aventure, où l'imagination permet les plus grands voyages : la colline, pour l'escalade, la rivière et son gré pour la traversée, la grotte, pour les pirates..." (Guide du Promeneur du XVIIème, Parigramme, p.63) :

    En résumé, donc, ce que l'on appelait autrefois des "fabriques" (bien plus nombreuses au parc Monceau, ceci dit), mais qui font - justement - tout le charme de ces jardins "à l'anglaise" (certes, on ne pourra jamais lutter avec celui de München, le plus grand d'Europe... Néanmoins, celui-ci, avec ses "petits" 16615 m2, paraît presque aussi vaste que le parc Monceau, presque trois fois plus grand, tellement il est bien agencé) !

    Dans ma grande naïveté (due à mon métier, sûrement), j'ai toujours pensé que cet édicule, situé au sommet de la colline, devait être une sorte de "kiosque à musique" (si, si, il y en a eu, autrefois, même en France !), mais non... C'est une serre, en réalité :

    Le point fort, d'ailleurs, de ce jardin-ci (avec lequel, je crois, même le parc Monceau ne saurait rivaliser), c'est la variété de ses essences végétales, parmi lesquelles : saules tortueux, noisetiers de Byzance, plaqueminiers du Japon (au tout premier plan, je crois), citronniers trifoliés, et même un séquoia !) :

    Selon l'ouvrage mentionné plus haut, il y aurait même un chêne rouge d'Amérique, planté en symbole de liberté le 21 mars 1989 (quoique... Je me demande s'il n'y a pas une "coquille", là, en l'occurence. Étant issu d'un grand-père bûcheron et pépiniériste, j'ai de très forts doutes sur le fait qu'un arbre - même d'Amérique - puisse atteindre une telle taille en seulement 20 ans, il doit s'agir de 1889, en réalité) :

    En tout cas, même si tout ceci est très beau, les vraies "vedettes" du square restent celles-ci, les "doyens" : quatre platanes plantés entre 1840 et 1880, dont le plus grand mesure 38 m, pour 5,90m de circonférence :

    En revanche, surtout comparé au parc Monceau qui en regorge, ce jardin n'offre que très peu de statues aux regards des passants... Tout au plus celle du désormais méconnu Léon Dierx (1838-1912) par Bony de Lavergne, poète parnassien ami de Stéphane Mallarmé, né à Saint-Denis de la Réunion (et, au passage, dans un tel état de délabrement - voyez vous-mêmes ! - que sans le Net, je n'aurais même pas su vous dire de qui il s'agissait) :

    La seule que l'on remarque vraiment, en fait (en plein milieu du lac artificiel), c'est celle dénommée "Les Vautours", due à Louis de Mornard (1873-1939) :

    Je sais, on se croirait en plein Kremlin durant la "guerre froide", lol ! En revanche, il faut pour une fois préciser que la noirceur de cette oeuvre d'Art ne doit absolument rien à la pollution ambiante (même si cela aide bien !), mais uniquement au fait qu'elle soit entièrement taillée dans de la pierre de Volvic, autrement dit volcanique :

    Durant la visite de ce modeste parc (pourtant l'un des plus grands du XVIIème), vous serez sans doute étonnés par cette maigre statuaire, et du coup le nombre de socles vides, mais en réalité, la plupart des oeuvres (en bronze, donc, je suppose) ont été fondues durant l'occupation (sans que je ne parvienne à savoir, via Google, si c'était à l'initiative des allemands, ou bien des français - tel Louis XIV donnant à la fonderie son trône et toute sa vaisselle en argent massif pour financer - je crois - sa seconde guerre) !

    En attendant, il nous reste toujours ces si pittoresques fontaines, les mêmes qu'au parc Monceau, sûrement presque toutes aussi anciennes, et qui sont encore en parfait état de marche (jusqu'au jour où un connard de chimiste va décréter qu'il manque un mg de potassium, ou au contraire qu'il y a un un mg de sodium en trop, et se faire une joie d'appliquer fièrement au-dessus un écriteau "Eau Non Potable"... Non, non, ne riez pas, je vois ça tous les ans en montagne, avec de l'eau de source, et de plus en plus souvent !!!) :

    Dilemme : dois-je finir sur une note d'amertume, ou de joie ?

    Alors donc, commençons par l'amertume, cela n'en sera que plus gai par la suite ! Admirez ces jardins, admirez ces parterres, et surtout, admirez ces massifs floraux (magnifiques, il faut bien le dire) :

    Ceci étant, pourquoi cette ville, pratiquement l'une des plus riches de toute la France, possède-t-elle le budget pour entretenir ses parcs "tout court", mais absolument pas son "parc" de pianos dans les conservatoires, car là, c'est tellement à hurler que je préfère ne pas m'appesantir sur le sujet (genre : les "accords", non seulement planifiés, c'est à dire sans aucun rapport avec l'état réel des instruments, sont en prime évidemment effectués sur "appels d'offres", c'est à dire, en général, avec les moins chers et - donc - les pires des accordeurs)...

    Mais comme je vous avais vaguement promis une "Happy End", il faut bien admettre que le square des Batignolles est en outre (probablement) l'un des rares endroits de Paris où les retraités peuvent tranquillement se taper une petite belote, voire mieux - et sans doute plus rare - pouvoir jouer aux boules sur deux larges terrains.

    Alors, tu tires ou tu pointes, putaing ???

    Sniff, je ne saurai jamais la fin de cette partie (ce qui ne va pas m'empêcher de dormir, ceci dit)...

    Et retour à la case départ (que va bien kiffer Lunapei, à mon avis) :

    Je ne raffole pas des trains (je préfère de très loin le navion, en fait), mais comme le suggère le titre d'un célèbre poème de Baudelaire, j'aime assez les gares et leurs rails à perte de vue, pour tout ce qu'ils suggèrent d'Invitation au Voyage...

    "Luxe, calme et volupté" : tout ce que j'aime (et je ne dois pas être le seul)...

    Encore plus de précisions ici, un site entièrement dédié à ce parc, que l'on m'a gentiment envoyé !

    Libellés : , ,

    5 commentaires:

    Anonymous SurfAnna a dit...

    Tiens c'est marrant, j'avais loupé ce post (suis passée hier par ici pourtant). J'ai pas très bien compris : c'est quoi les "fabriques" ? c'est ces chemins qui montént et descendent, sur des allées pseudo-naturelles ? si tu les aimes, il y en a aussi dans le parc Montsouris. D'ailleurs je remarque que tu ne sors plus tellement de ton XVIIe chéri pour tes ballades... ;-)

    lundi, 27 avril, 2009  
    Anonymous Anonyme a dit...

    bonjour mon cher cousin...
    c'est un vrai bonheur que de te suivre dans tes voyages parisiens, c'est vrai que Leon Dierx est né è la Réunion, tu n'es pas sans savoir que c'est un grand poète à ce que je vois et ici, le musée de saint Denis a pris son nom...
    Je suis heureux que la poésie nous ait permis de dialoguer un peu tous les deux...
    Un prochain voyage en métropole nous ammenera je l'espere à nous retrouver...autour d'un bon millésime...
    Je t'embrasse
    Bruno

    mardi, 28 avril, 2009  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    @Surfanna : Dans la conception du parc "romantique", les "fabriques", ce sont en fait tous les éléments artificiels surajoutés, comme la pyramide aztèque du parc Monceau, la colline (et la grotte) artificielle de celui des Batignolles, etc... Pas étonnant, donc, qu'il y en ait aussi parc Montsouris (et aux Buttes Chaumont), puis que c'est ce même Jean-Charles Alphand qui a conçu tous ces parcs !
    @Cher cousin : Pour tout dire, Léon Dierx n'est pas si connu ici... Mais pour être un ami de Mallarmé, c'est qu'il devait quand même "assurer", comme on dit !
    Peut-être à bientôt, donc, en métropole !

    mardi, 28 avril, 2009  
    Anonymous SurfAnna a dit...

    Merci pour la précision !

    mardi, 26 mai, 2009  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    De rien !

    mardi, 26 mai, 2009  

    Enregistrer un commentaire

    Abonnement Publier les commentaires [Atom]

    Liens vers cet article:

    Créer un lien

    << Accueil