L'index complet par rues & par arrondissements :

  • Cliquez ICI !!!


  • À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • dimanche, mars 22, 2009

    AVENUE DE WAGRAM

    Gloomy sunday...
    C'est bien ma veine. Pour une fois que je planifie une balade de A à Z, c'était aujourd'hui le premier jour de temps maussade après une semaine de grand bleu, sniff ! Bref, peu importe... Petit bonus, déjà, avant d'attaquer cette promenade de plus de 3 kms (AR), de très belles cariatides au 48, boulevard Malesherbes, juste en face de l'ambassade d'Espagne :

    Et voici le point de départ, la fameuse place de Wagram (plus souvent dénommée place Wagram), cernée aux numéros 1,2,3 & 4 par quatre immeubles "patriciens" identiques :

    Quatre immeubles qui, de toute évidence, respirent la "misère" :

    Alors que durant le même temps et à quelques mètres de là, un vrai "pauvre hère" arpente boulevard Péreire ce qui fut l'ancienne "petite ceinture", à la recherche sans doute de quelques miettes (situation qui n'est guère partie pour s'arranger, dirait-on) :

    En attendant, voici dans son intégralité l'objet même de cet article, une vaste avenue Haussmannienne tracée au cordeau, longue de près de deux kilomètres jusqu'à son point final, l'Arc de Triomphe, et bien plus intéressante qu'il n'y paraît de prime abord, vous allez le découvrir par la suite :

    Avenue où nombre d'immeubles portent encore cette mention, du temps où le quartier n'était encore qu'une friche en pleine expansion :

    Premier bel immeuble au N°152 (Mutuelle Générale de l'Éducation Nationale, on ne se refuse rien, n'est-ce pas, en temps de crise ?), où curieusement ces magnifiques fenêtres semblent l'oeuvre du même artisan que la boutique Mustel, l'avant-dernière photo de ce Post :

    Et pourtant... Comme je l'ai déjà constaté maintes fois, même la plus belle rue du XVIIème ne peut se passer d'une "verrue" typique des années 60, en l'occurence le collège Pierre de Ronsard au N°140 (qui ne doit pas être très bon, puisqu'en cliquant sur la photo, vous verrez qu'ils ne savent même pas orthographier le mot "Paris" correctement, lol !) :

    Collège dont les grandes baies vitrées reflètent ironiquement les beaux Haussmann situés juste en face :

    Ainsi que ce très bel immeuble Art Déco, au N°151 :

    Seconde des cinq (mais oui, 5 !) places qui jalonnent ce parcours, la place d'Israël, avec au N°128 cet autre fleuron de l'Art Déco, l'hôtel Mercedes :

    Suivie de très près, au croisement avec l'avenue de Villiers, par la très luxueuse place du Brésil, qui tout comme la place Wagram initiale, s'articule autour de quatre demeures identiques qui, une fois encore, fleurent bon la "misère" :

    Question : mais quel peut bien être cet étonnant "castel" tout en briques à l'angle de la rue de Prony ?

    Pour une fois, rien de luxueux : il s'agit tout simplement du bâtiment (assez inhabituel, certes) des PTT ! Au N°90 par contre, une rareté dans cette grande avenue, un joli petit hôtel particulier :

    Juste avant de se trouver face à face avec l'une des "vedettes" du quartier, au triple croisement entre l'avenue de Wagram, la rue Jouffroy d'Abbans (N°105) et la rue de Courcelles (N°134) :

    Sans la moindre contestation possible, l'un des plus beaux immeubles Art Nouveau du XVIIème, jugez par vous-même :

    N'empêche que j'ai une véritable passion pour celui d'en face, que je m'empresserai du reste d'acheter dès que j'aurais gagné au loto :

    Dans mon infinie modestie, je me contenterai d'ailleurs de l'attique, c'est à dire du second et du troisième étage (probablement 600m2, c'est suffisant, je pense... Après, il faut faire le ménage, et j'ai déjà du mal à me motiver avec seulement 60m2, alors bon) !

    Guère plus loin, au N°119, un immeuble curieusement non signé (ce qui est courant de nos jours, mais plus rare pour l'époque), orné d'un superbe décor floral :

    Heureusement, mon collègue de Paris 1900 était là pour me fournir la clef de l'énigme : il s'agit en fait de l'un des tout premiers immeubles des frères Perret :

    Et le fait qu'il ne soit pas signé vient probablement du fait qu'à l'époque, ils ne se considéraient que comme de simples entrepreneurs, pas encore comme de véritables architectes (et pourtant, c'est magnifique, ne manque plus qu'un petit ravalement, car même si j'ai bien retouché les photos, c'est tout de même très très sale, en résumé !) :

    Un immeuble très quelconque, en revanche, au croisement avec la rue Margueritte (oui, avec deux "t", vous avez bien lu !), mais qui a lui aussi sa petite histoire... À cet endroit s'élevait en effet, depuis 1821, une usine à gaz, qui suite aux pétitions des habitants, finit par être fermée en 1890 par son dernier propriétaire, Mr Margueritte, qui en contrepartie fit tracer deux rues sur le terrain ainsi libéré, l'une à son nom, l'autre en hommage à Théodule Ribot :

    Presque à la fin de notre promenade, la toujours très colorée place des Ternes, grâce aux nombreux fleuristes qui en occupent le terre-plein central de façon permanente :

    Et bien sûr, ce magnifique immeuble en demi-lune, sans conteste le plus beau de la place :

    Notre séquence "émotion", désormais, au N°41 de l'avenue de Wagram... Non, cela ne vous rappelle rien (à part cet hôtel "nouveau riche") ?

    Attendez, je vous rafraîchis la mémoire : "Bon dimanche, sous vos applaudissements ! Et maintenant, après cet artiste "majuscule" qui nous vient d'outre-Quiévrain, n'hésitez pas à participer en nous écrivant au Théâtre de l'Empire, 41, avenue de Wagram" !

    Et oui, Sic Transit Gloria Mundi (pour tout dire, même en tapant "théâtre de l'Empire" sur Google Images, je n'ai pas réussi à récupérer une seule vue de son aspect d'autrefois - car j'y ai tout de même bossé plus de 10 ans, et cela fait un tout petit peu mal au coeur de voir ce lieu mythique où a débuté Édith Piaf remplacé par un "pavé" pareil)...

    Dieu m'en est témoin, Jacques Martin avait sans doute pas mal de défauts, mais aussi de très grandes qualités... Juste pour situer les énormes et occultes intérêts immobiliers en jeu en ce domaine, il a tenté toute sa vie durant de faire classer ce théâtre afin d'en empêcher la destruction, et malgré les nombreux appuis politiques dont il pouvait disposer à l'époque (entre autres, le petit Nicolas, avant même que celui-ci ne se barre avec sa femme Cécilia, lol !), il n'y est jamais parvenu... Adoncques, à la place, une petite photo souvenir, avec cette question : où suis-je (un indice : j'étais déjà "fan" des Reebok Freestyle, à l'époque) ?

    Juste en face, au N°34, le très fameux Hôtel Céramic de Lavirotte, que bien sûr l'on ne présente plus, une pure splendeur :

    Et, ultime curiosité, la fameuse boutique Mustel au N°16, spécialisée dans la Hi-Fi très haut de gamme, et où l'appartement du premier étage ne doit pas être trop désagréable à vivre, on va dire :

    Pour conclure avec la cinquième et ultime place de cette avenue (sans commentaire, évidemment) :

    D'où l'on peut jouir d'un seul coup d'oeil des deux monuments peut-être les plus emblématiques de notre capitale...

    En tout cas, chose vraiment cool dont j'essaierai de me souvenir à l'avenir (vous vous en apercevrez en revenant en arrière) : l'avantage de faire ce genre de petites promenades le dimanche, c'est que l'on n'a pas besoin de modifier ses cadrages pour éliminer les voitures : il n'y en a pratiquement pas (même place Charles de Gaulle) !!!

    P.S : Je fête avec cet article mon cinquantième Post sur ce Blog (ce qui, certes, est peu en comparaison de mes 596 articles sur mon Blog principal, commencé en 2005), mais il faut dire aussi qu'ils sont en général beaucoup plus longs et beaucoup plus illustrés ici !

    Libellés : , , , , ,

    5 commentaires:

    Anonymous SurfAnna a dit...

    Super, cette visite, comme toujours !! surtout les derniers immeubles, vraiment exceptionnels.
    ps : Vincent, il y a plusieurs de tes photos qui ne s'affichent pas chez moi (pê du à firefox), notamment la toute 1ere... :'-(

    mardi, 24 mars, 2009  
    Blogger startine a dit...

    Bravo Vincent pour ce beau parcours gourmand !!

    Je connaissais déjà un certain nombre d'immeubles -y compris l'histoire de l'usine à gaz- puisque je suis du "coin", mais malgré tout, sur l'écran, cela permet de mieux détailler les détails ;-)… sans se geler !!!!

    mercredi, 25 mars, 2009  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    @Surfanna : Bizarre, c'est la première fois que l'on me dit ça, et pourtant, il y a beaucoup de gens qui utilisent Firefox (même Clint Eastwood, c'est pour dire) !
    @Startine : Non, le seul vrai "scoop" de cet article, c'est l'immeuble des frères Perret, ça, vraiment, j'étais bien loin de m'en douter...
    Et P.S : Meuh non, il ne faisait pas froid, ce dimanche !

    mercredi, 25 mars, 2009  
    Anonymous SurfAnna a dit...

    Ben ça devait être un bug passager... là tout s'affiche bien ! :)

    mercredi, 01 avril, 2009  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    Oui, normal... Moi aussi, ça m'arrive de temps en temps, ce genre de "bugs", y compris sur mes propres Blogs !

    mercredi, 01 avril, 2009  

    Enregistrer un commentaire

    Abonnement Publier les commentaires [Atom]

    Liens vers cet article:

    Créer un lien

    << Accueil