L'index complet par rues & par arrondissements :

  • Cliquez ICI !!!


  • À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • lundi, février 23, 2009

    RUE PONCELET

    Histoire d'être un peu cohérent...
    Il se trouve que je sors assez peu de chez moi en ce moment (en tout cas, pas très loin), mais cet article aura au moins le mérite d'être assez synchrone avec le précédent, en vous faisant découvrir une fois de plus une rue du XVIIème à l'aspect extrêmement disparate, la très fameuse rue Poncelet, bien connue des amateurs de "bonne chère" :

    Au tout début (venant de chez moi, autrement dit à la toute fin, selon l'ordre des numéros), la rue présente encore cet aspect Haussmannien très typique de l'avenue de Wagram, avec au N°48, une boutique que je vous conseille très vivement, si vous aimez le genre, Asian Dolls :

    De magnifiques "Kokeshis" (小芥子) artisanales, pour des prix généralement compris entre 15 et 50 Euros, vous ne trouverez pas ça dans beaucoup d'endroits de Paris, ni peut-être même au Japon, d'ailleurs !

    Au milieu de la rue, au croisement avec celle des Renaudes, une immense "verrue" des années 60, telle que je crois toute rue du XVIIème en comporte une, hélas, le "sublime" bâtiment des PTT :

    C'est seulement un tout petit peu plus loin, au niveau de la rue Laugier, que l'on renoue de nouveau avec le pittoresque du vieux Paris, très exactement au numéro 27 :

    Où l'on a d'un seul coup subitement l'impression de se retrouver un bon siècle en arrière :

    Avec un petit parfum de campagne populaire à seulement quelques centaines de mètres du très chic quartier des Ternes :

    N'était-ce ce bon gros "tag" qui - bien sûr - trahit notre époque (heureusement ou malheureusement, ça, c'est à vous de voter, lol !) :

    Encore plus étonnant : presque en face, au numéro 24, un couloir "secret" de Paris, qui non seulement ne porte aucun nom sur aucune carte, mais vous fera en plus ressortir d'un seul coup en pleine avenue de Wagram !

    Toujours pareil : sans ce "tag" à la con (excusez-moi), la notion du temps pourrait facilement disparaître !

    Et selon le fameux ouvrage de Rodolphe Trouilleux que je citais dans l'article précédent, ce passage tiendrait même la vedette dans L'Ami des Femmes d'Alexandre Dumas Fils, où l'héroïne principale (Madame de Simerone) l'utilise pour rejoindre son amant à l'abri des regards indiscrets...

    Comme quoi, ceci ne date pas d'hier (en fait, cette voie très ancienne, autrefois nommée rue des Nonnes, puis rue des Dames, reliait directement le village des Ternes à celui des Batignolles) ! Et d'un seul coup, tout change de nouveau à l'approche de la très bourgeoise avenue des Ternes, avec le fameux "premier tiers" de la rue Poncelet, célébrissime dans tout le quartier pour son aspect toujours très animé de marché ouvert permanent, uniquement comparable avec la non moins fameuse rue de Lévis :

    Où se trouve ce très célèbre fromager - certes, pas mauvais, mais sans aucune comparaison possible avec la fromagerie de Martine Dubois, rue de Tocqueville, non seulement meilleur marché, mais bien plus savoureuse, je m'en aperçois tous les étés (pour cause de fermeture) !!!

    Par contre (contrairement à la rue de Lévis, hélas !), l'offre en matière de pêche y est absolument pléthorique, puisqu'en l'espace de cinquante mètres à peine, trois énormes poissonneries doivent s'y succéder, d'où une qualité vraiment tirée vers le haut, et des prix vraiment tirés vers le bas !

    Et voici : encore une très courte rue (450m) de mon beau quartier, que j'aime de plus en plus, justement pour cette variété d'ambiances que l'on est très loin de retrouver à ce point dans le VIIIème ou le XVIème (pour ne citer que mes voisins immédiats, lol) !

    En prime : si arrivé là, vous n'avez pas encore dépensé tout votre argent en soles, turbots, homards, langoustes, etc... il ne vous reste plus que 50 mètres à faire pour parvenir à la FNAC des Ternes (où probablement vous allez vous endetter encore bien plus, mais ceci n'est plus mon problème, désormais)...

    Je vous aurais prévenu !!!

    P.S : Vu la compression que je fais subir aux photos de ce Blog (jamais plus de 80 Ko, sauf exception), je ne suis pas certain que la différence soit vraiment très sensible... Mais en tout cas, j'ai enfin récupéré un NIKON COOLPIX 5700 en parfait état de marche, et ceci me remplit de bonheur, tellement cet appareil s'avère extraordinaire !

    Libellés : , ,

    6 commentaires:

    Blogger startine a dit...

    Coucou Vincent,

    hé bien tu as été flâner sur "mon" territoire ! Bienvenue dans ma "zone"… ;-)

    Je me demande même si ce n'est pas moi, là, de dos, à coté de l'étal de fruits et légumes… naaaan, elle est plus grande :-))))

    Ta photo de l'impasse Poncelet m'a rappelé des souvenirs : lorsque nous cherchions un appartement dans le XVII°, j'ai visité un logement dans l'immeuble de gauche. Je dois avouer que ce n'était pas terrible, murs et sol tout de guingois, construction bon marché du début du siècle.

    J'avais moi aussi remarqué l'escalier derrière la grille mais je n'avais jamais osé rentrer, pensant que c'était une cour privée. Samedi, promis, j'emprunte ton passage secret vers l'avenue Wagram.

    mardi, 24 février, 2009  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    C'est drôle, non, cette histoire de "passage secret" sans le moindre nom, et si ancien en même temps ?
    Moi non plus, je ne l'aurais jamais remarqué, sans la lecture du livre suscité (à conseiller, d'autant plus que, bien sûr, il en existe un pour chaque arrondissement) !

    mercredi, 25 février, 2009  
    Anonymous SurfAnna a dit...

    Wow !! je suis passée qqs fois dans la rue Poncelet, mais sans jamais remarquer ce passage secret ! Très sympa, cette ambiance toute calme et sans prétentions.
    Dans la rue Poncelet, j'ai un autre repère que tes poissonneries : la boulangerie qui vent des spécialités autrichiennes et polonaise, ainsi que la charcuterie non moins "Pays de l'Est" qui lui fait face. Des vitrines à se damner quoi !

    jeudi, 26 février, 2009  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    Moi aussi, je suis passé 712 fois dans cette rue sans jamais remarquer cet étrange passage !!!
    Comme quoi, c'est vraiment secret, quoi !
    Je voulais bien sûr prendre une photo du célèbre "Stübli" (je pense que c'est de cela dont tu veux parler), même mentionné dans mon guide... Mais il n'existe plus, en tout cas, plus sous ce nom ! Mais il y a toujours à la place le même genre de magasin, et en face également... Donc, juste question de changement de propriétaires et de noms, je pense !

    jeudi, 26 février, 2009  
    Blogger startine a dit...

    Pour les poissons je me fournis chez Daguerre Marée dans la rue adjacente, rue Bayen .

    C'est tip top, 1ère fraîcheur et les vendeurs sont marrants, je les connais presque tous par leur prénom, depuis le temps que j'y vais.

    jeudi, 26 février, 2009  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    Bien sûr, bien sûr, je vois très bien ce dont tu veux parler !
    Maintenant que je suis célibataire, cela m'arrive plus rarement de traîner mes guêtres dans ce coin, mais avec mon ex-femme (japonaise, je précise, donc pas question de lui en faire accroire niveau sashimis, lol !), on se fournissait toujours là-bas...
    Sans le moindre doute la meilleure poissonnerie des trois, et la plus achalandée !

    jeudi, 26 février, 2009  

    Enregistrer un commentaire

    Abonnement Publier les commentaires [Atom]

    Liens vers cet article:

    Créer un lien

    << Accueil