L'index complet par rues & par arrondissements :

  • Cliquez ICI !!!


  • À lire sur "Le Cinéma de Vincent" :
  • NEW : GRAN TORINO
  • DIRTY HARRY
  • 2001, A SPACE ODYSSEY
  • mercredi, mars 05, 2008

    HAUSSMANN (1809-1891)

    Autrement dit : chez moi !
    Non pas que j'avais spécialement une envie folle de faire cet article, mais d'une part, je l'avais promis à tout le monde (et donc, chose promise, chose due, n'est-ce pas ?), et d'autre part, je l'avais surtout envisagé comme un contrepoint instructif à mon précédent et (désormais) célèbre Post concernant l'intérieur du castel Béranger d'Hector Guimard (de 58 ans plus jeune que "Monsieur" le baron, tout de même !), ne serait-ce qu'afin de mieux comprendre à quel point ce fameux castel a pu apparaître à l'époque comme "dérangé", compte tenu de la "norme" esthétique alors en vigueur, celle du bien connu baron Haussmann (à ce sujet, je vous conseille d'ailleurs le bref mais très instructif article de Wikipédia, où vous apprendrez plein de choses passionnantes sur la façon dont Paris a été modifié à 60% sous l'influence des théories hygiénistes et de l'épidémie de choléra de 1832, avec pour conséquence immédiate - rien ne change jamais vraiment, hélas ! - la relégation des couches les plus pauvres de la population à la périphérie).
    Et comme il se trouve que j'habite justement l'un de ces fameux immeubles du XVIIème (ce qui, à Paris, n'est pas vraiment un scoop !), allez hop, en route pour la visite ! À commencer par ce petit détail insolite (mais oui... à l'époque, les architectes n'avaient pas encore honte de signer leurs oeuvres !) :

    La plus belle porte en faux chêne du quartier (pas tout à fait chez moi, mais à deux doigts, avec de jolies petites loggias en façade !) :

    Pour ensuite pénétrer dans un hall "qui se la pète" (lol !), typique du "grand décorum" en vogue sous le second Empire (il suffit de voir le Palais Garnier) :

    Une fois franchi le premier corps de bâtiment (celui des "pauvres" qui n'ont qu'un appartement en "U" de 180 m2 !), on pénètre ensuite dans une petite cour intérieure :

    Où là encore, force est de constater, tant au niveau des vitraux que de la petite fontaine, que l'on est bien loin de l'inventivité de Guimard :

    Et voilà, on arrive bientôt dans mon "antre", celui que certains blogueurs (et blogueuses) commencent à bien connaître, à force, autrement dit les trois fenêtres du rez-de-chaussée (mais oui, ce Post est édité en ce moment-même au pied de cette lampe !!!) :

    Plus qu'un second petit hall à franchir (et là, c'est le bloc des "super-pauvres", qui n'ont plus "que" 60 m2 à se mettre sous la dent, donc, adieu le marbre !!!) :

    Et voilà : vous êtes chez Vincenttheone presque pour de vrai, face à son instrument de travail favori (enfin, "travail", ce n'est pas tout à fait le mot, mais bon...) :

    Et comme vous le savez peut-être, j'adore le baroque et les arts décoratifs, ce qui fait que je n'ai pas hésité à en remettre une petite louche, du coup (mais oui, entièrement tricoté de mes petites mimines, lol !) :

    Alors certes, j'ai déjà (heureusement) publié des Posts plus passionnants... Mais encore une fois, cétait juste à titre de comparaison avec l'Œuvre d'Hector Guimard à voir ci-après, afin de bien se rendre compte du contexte parisien de la fin du XIXème siècle dans lequel elle a pu s'épanouir - contexte très Napoléonien (III), qui sous couvert de luxe et de faste, ne faisait en réalité que surfer sur la vague d'un classicisme à peine voilé...

    Enfin bon. Comme ça, vous connaissez la maison (lol !)...

    Libellés : , , ,

    10 commentaires:

    Anonymous Lunapei a dit...

    Et en plus il fait son marbre lui meme \o/ Quel homme !

    mercredi, 05 mars, 2008  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    Ben oui, hein... C'est très surfait, le "vrai" Carrare, finalement, lol !!!
    Y a plus guère que les vieux pour se fournir encore là-bas (genre Michel-Ange, quoi)...

    mercredi, 05 mars, 2008  
    Anonymous Unter a dit...

    Attends, t’as QUE 60 m2 ? Ça paraît plus… Je viens plus, moi, si c’est ça.

    mercredi, 05 mars, 2008  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    Je sais que ça paraît plus (personne ne me croit jamais, lol !)... Parce qu'il n'y a presque aucune porte, aucun placard, et que les plafonds sont à 3,20 mètres, voici l'explication !
    Bon, après ça, si tu ne veux plus venir, ça te regarde... Mais tu nous manqueras (et celles que désigne ce "nous" savent très bien qu'ainsi, elles auront davantage à manger et à boire pour elles toutes seules, héhé) !!!

    mercredi, 05 mars, 2008  
    Blogger Tania K6 a dit...

    Un artiste vraiment complet notre cher Vincent!!!

    mercredi, 05 mars, 2008  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    Bah, tu parles... Il y a au moins trois trucs auxquels je suis réfractaire, presque absolument : la danse, le mime, et la poésie (sauf quand elle est chantée, par Léo Ferré, Gainsbourg ou Nougaro, entre autres, parce que là, ça m'impose un rythme de diction idéal - alors que je crois qu'en réalité, si je ne capte rien, c'est parce que je lis trop vite, lol) !
    Moralité, donc : absolument pas vraiment "complet", quoi...

    mercredi, 05 mars, 2008  
    Anonymous HI a dit...

    Je viens de découvrir votre blog par pur chance , en fait! je cherchais un peu d'actualité en architecture tout en écoutant du jazz, je crois que je vais l'ajouter à mes favoris pour mieux l'apprécier.Merci IH Ce morceau de violon est éffectivement un morceau de bonheur mais il se superpose mal avec mon jazz du moment à bientôt.

    jeudi, 15 mai, 2008  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    Je pense que vous voulez parler du morceau de Chausson qui figure dans l'article "LA LONGUE MARCHE", non ?
    En tout cas, je suis toujours ravi d'avoir de nouveaux lecteurs... Moi aussi, j'aime beaucoup le jazz (mon père n'écoutait QUE ça), mais c'est vrai que ça ne se mélange pas trop avec ce genre de musique, lol !

    jeudi, 15 mai, 2008  
    Anonymous Claire-4-7 a dit...

    Eh bien des voeux de longue et belle vie au "centenaire" méritent d'être portés à domicile, ce que je fais avec émotion !! Je suis arrivée ici en passant par la rue de La Pompe, c'était la moindre des choses, en l'honneur d'un amateur aussi averti que bien chaussé ;-)))

    mercredi, 23 juin, 2010  
    Blogger Vincenttheone a dit...

    Merci pour tes voeux de "longue et belle vie" !
    Pour l'instant, même à mes 51 ans à la con, je dois dire que je n'ai pratiquement aucune raison de me plaindre de grand chose, avec un appartement à moi dès 1986, un sublime piano dès la même époque, et quasiment jamais aucune maladie (sauf ces conneries de crises d'épilepsie de temps en temps, mais bon)...
    En tous cas, merci de me dire que je suis "bien chaussé" (sans doute grâce à Sneakers & Buffalos) !
    Car mine de rien, ce n'est pas aussi fréquent que ça, ce compliment...

    mercredi, 23 juin, 2010  

    Enregistrer un commentaire

    Abonnement Publier les commentaires [Atom]

    Liens vers cet article:

    Créer un lien

    << Accueil